• Accueil
  • Services
  • MEDS
  • Lumière des yeux ou le guide précieux - Nūr al-‘uyūn

Lumière des yeux ou Le guide précieux

Lumière des yeux ou Le guide précieux

Lumière des yeux

« Nūr al-‘uyūn » Lumière des Yeux ou Le guide précieux
d'Ibn Sayyid al-Nās

(Précis de biographie de la vie du Prophète Mohamed Prières et bénédictions d'Allah sur lui)

Traduit, présenté et annoté par Shakeel Siddiq
Commenté par Cheikh Zakaria Seddiki
Date de publication : 2016
72 pages

 

L'oeuvre d'Ibn Sayyid Al-Nās

Le titre « Nūr al-‘uyūn », signifie littéralement, « La lumière des yeux ». Ce titre, à la fois significatif et profond, montre au lecteur toute l’orientation de l’ouvrage. Il indique tout d’abord que cette lumière qui illumine les yeux est plus précieuse que l’œil, car on peut être doté de l’organe, mais ne pas saisir cette lumière. L’auteur sous-entend donc qu’il va exposer le sens profond de la sīra, ainsi que les informations utiles et précieuses, afin que le lecteur puisse voir et juger par lui-même.

« Nūr al-‘uyūn » renvoie à une notion de guide qui permet au lecteur de voir, ce guide est évidemment le Prophète (prière et salut de Dieu sur lui). Autrement dit, le titre explique que l’ouvrage porte sur le Messager de Dieu (prière et salut de Dieu sur lui) et qu’il est indispensable de le connaître si on souhaite être éclairé par son modèle.

Lumière des yeux, 1er ouvrage de la Maison Des Savoirs

Extraits de l'introduction

Voilà plus de douze ans que j’étudie la sīra, science traitant de la vie du Prophète (prière et salut de Dieu sur lui). J’ai commencé à m’intéresser à cette discipline immédiatement après l’obtention de ma Maîtrise en sciences islamiques au sein de l’IESH de Château-Chinon. Plus je lisais sur ce sujet, plus je m’interrogeais sur des épisodes spécifiques de la vie du Prophète (prière et salut de Dieu sur lui). Même si je parvenais à trouver des réponses à mes questions, elles me semblaient parfois trop approximatives. Il était en outre assez fréquent que mes interrogations demeurent sans réponse. J’en arrivais alors à une conclusion surprenante, mais bel et bien réelle : la sīra manquait d’experts.

...

Lumière des yeux, ouvrage commenté par cheikh zakaria Seddiki et shakeel Siddiq

C’est dans le cadre de ce dernier champ que je participai à une initiative lancée par la Maison des Savoirs. En effet, partageant mon constat précédent, le Directoire de l’association entreprit de mener une action savante portant sur le Prophète Muḥammad (prière et salut de Dieu sur lui). Il me proposa ainsi d’animer deux séminaires aux côtés de cheikh Zakaria Seddiki . Je fus des plus enthousiastes ! Le premier porta sur la beauté physique et la noblesse morale du Prophète (prière et salut de Dieu sur lui), à travers l’audition et le commentaire des hadiths de l’ouvrage, « al-Šamā’il al-muḥammadiyya » . Le second traita de l’étude du livre, « Nūr al-‘uyūn » , un précis remarquable de sīra. Ces deux manifestations furent une telle réussite, que l’idée d’une publication émergea progressivement.

...

Après avoir obtenu l’accord du Directoire de la Maison des Savoirs, je me lançai donc dans cette magnifique aventure.
...
Je m’attachai ensuite à intégrer les commentaires effectués durant le séminaire. Celui de cheikh Zakaria Seddiki est cité à la fin de chaque chapitre. Pour ce qui est de mon commentaire, il relevait plus de l’éclaircissement et de l’approfondissement que de l’explication proprement dite.


Shakeel Siddiq

 

Biographie de l'auteur d'Ibn Sayyid Al-Nās

L’auteur de « Nūr al-‘uyūn » se nommait Muḥammad b. Muḥammad, Ibn Sayyid al-Nās al-Ya‘murī. On le surnommait également Abū al-Fatḥ, mais il était surtout connu sous le nom d’Ibn Sayyid al-Nās. Il appartenait à une famille de savants qui s’était établie d’abord en Andalousie puis, au Maghreb et enfin en Égypte. C’est d’ailleurs au Caire qu’il naquit en 671 de l’hégire.

Tout enfant, Ibn Sayyid al-Nās commença à suivre des cours en compagnie de son père qui fut pendant un certain temps le recteur d’une des grandes écoles du Caire, la Kāmiliyya. Suivant la voie de son père, grand traditionniste (muḥaddiṯ) de l’époque, il se consacra dès son plus jeune âge à l’étude du hadith et de ses sciences. Il assista notamment aux cercles tenus par Šams al-Dīn Abū ‘Abdallāh Muḥammad b. Ibrāhīm b. ‘Abd al-Wāḥid al-Maqdisī.

À l’âge de six ans, son père lui lut le célèbre, « Kitāb al-Šifā’ », d’al-Qāḍī ‘Iyāḍ. À quatorze ans, il se rendait seul chez les savants de sa ville pour développer ses connaissances. Après avoir passé sa jeunesse en Égypte, il entama une série de voyages au Šām et au Ḥiğāz afin de compléter sa formation. Quelques années plus tard, il devint l’un des plus grands spécialistes de la sīra du Prophète (prière et salut de Dieu sur lui).

On lui dénombre plus d’une centaine de maîtres. Parmi les plus réputés, on peut citer ‘Alī b. Aḥmad b. ‘Abd al-Muḥsin al-Ḥusaynī al-Iskandarī (d’Alexandrie), connu sous le nom d’Abū al-Ḥasan al-Ġarrāfī Tāğ al-Dīn (m. 704 h.). Ce traditionniste était une des personnalités les plus reconnues de son époque. Il était notamment renommé pour ses prestigieuses chaînes de transmission remontant au Prophète (prière et salut de Dieu sur lui). Parmi ses professeurs, figurait également le célèbre grammairien et littéraire, Muḥammad b. Ibrāhīm, Ibn al-Naḥḥās al-Ḥalabī (m. 698 h.), auteur de plusieurs écrits dont « Dīwān Ši‘r ». Ibn Sayyid al-Nās étudia également auprès du grand juriste malikite et šāfi‘ite, Ibn Daqīq al-‘Īd (m. 702 h.), et adopta l’école juridique šāfi‘ite.

Il eut de nombreux étudiants parmi lesquels se trouvait Ṣalāḥ al-Dīn Ḫalīl b. Aybak b. ‘Abdallāh al-Ṣafadī (m. 764 h.), surnommé Abū al-Ṣafā’, qui se distingua en littérature et en histoire. On peut également citer l’Égyptien ‘Abd al-Raḥmān b. Aḥmad, Abū al-Farağ (m. 799 h.), plus connu sous le nom d’Ibn al-Šayḫa.

La production littéraire d’Ibn Sayyid al-Nās compte une dizaine d’œuvres dont la majorité traite de la sīra du Prophète (prière et salut de Dieu sur lui). D’autres portent sur le hadith et la littérature.

Ibn Sayyid al-Nās mourut subitement au Caire en l’an 734 de l’hégire.

Submit to FacebookSubmit to Twitter