• Accueil
  • Blog
  • Série : le prophète Moïse dans le Coran (3)

Série : le prophète Moïse dans le Coran (3)

Série : le prophète Moïse dans le Coran (3)

L'invocation de Moïse et les bienfaits de Dieu sur lui.

La mission de Moïse

« Rends-toi auprès de Pharaon car il a outrepassé toute limite. » (Coran, 20 : 24).

Le verset 24 souligne l'un des objectifs de la mission de Moussa : « Rends-toi auprès de Pharaon car il a outrepassé toute limite. »

Après cette prise de conscience de Dieu, il faut qu'il y ait une action et une mission pour chacun d'entre nous. Comme nous le voyons ici, la mission est orientée vers autrui : la foi commence à l'échelle individuelle (prise de conscience du Divin, croyance, adoration…), mais elle doit rayonner sur notre entourage (répandre le bien, s’opposer à l’injuste…). Dieu veut que la connaissance de Son message se répande.

Dieu lui demande donc d'aller vers Pharaon. Ce verset comporte 5 mots, dont 3 révèlent l'ampleur de la mission :

  • « idhab » : va (action)
  • « fir'awn » : Pharaon (le personnage à voir)
  • « taghâ » : outrepasser les limites (raison de l’action de Moussa)

La demande est claire. Quelle sera la réaction de Moussa face à cela ?

La totale confiance en Allah

« [Moïse] dit : "Seigneur, ouvre-moi ma poitrine, et facilite ma mission, et dénoue un noeud en ma langue afin qu'ils comprennent mes paroles(…) » (Coran, 20 : 25-28)

Moussa fait suivre cette demande Divine d'une du'a (invocation) : cela signifie qu'il a compris ce qu’il lui est demandé et l'ampleur de la tâche qui l'attend. Il était ainsi très attentif à ce dialogue avec Dieu.

Sa du'a montre à quel point Moussa est sincère :

  • Il exprime son angoisse, en montrant sa peur : dans notre relation avec Allah, il ne faut pas hésiter à ouvrir notre cœur et nous confier à Lui, en exprimant clairement nos faiblesses, nos imperfections, tout en reconnaissant Sa puissance et Sa perfection.
  • Moussa a été élevé chez Pharaon depuis son plus jeune âge, ce qui rajoute de la peur.
  • Normalement, on répond oui, non ou peut-être à une demande. Or, Moussa fait tout de suite une du'a adressée à Dieu, signe qu'il accepte directement sa mission, sans discuter, en s'en remettant totalement à Lui. Cependant, il est conscient de la difficulté qui l'attend et demande donc l’aide Divine.

Il commence par demander que son cœur s’apaise, que son angoisse cesse, car l'angoisse peut paralyser une personne : il faut donc l’évacuer au plus vite car Moussa ne veut pas fuir sa mission. Ceci nous montre aussi que la peur n’est pas liée au niveau de foi, c’est un sentiment naturel.
Ensuite, il demande à ce que sa tâche soit facilitée. Il va donc à l'essentiel en recherchant ce qui va le rapprocher de Dieu et va l’aider dans sa mission.

Puis, il évoque son outil de communication : sa langue. Nous devons utiliser les bons outils de communication : bonnes idées, bons mots, bonnes paroles, bons supports. La peur engendre forcément le trac et nous risquons de ne pas nous exprimer clairement à cause du trac !
Il souligne aussi la finalité de sa demande : que ses paroles soient comprises. L'outil de communication doit être bon afin que le message soit clair, sans que nous ne tombions dans l'ostentation, etc.

La demande spécifique de Moïse

« Et assigne-moi un assistant de ma famille, Harûn mon frère, accrois par lui ma force ! et associe-le à ma mission (…) » (Coran, 20 : 29-32)

Puis il demande l'assistance de son frère Harûn : l'aide est importante dans nos tâches. Toutefois, l'aide se demande d'abord à Dieu ! Quand nous rencontrons une difficulté, nous devons nous orienter vers Dieu, puis accepter l'aide d'autrui. Il faut être attentif à la personne que Dieu nous enverra pour nous aider. Quand il s'agit du cheminement, il faut être convaincu que notre demande d'aide sera exaucée si elle est sincère.

Selon certains savants, Moussa est l’être humain qui a le plus honoré son frère, car son invocation sincère a permis à Harûn d’être lui aussi honoré par la prophétie…

L'agrément d'Allah

« [Allah] dit : "Ta demande est exaucée, ô Moïse » (Coran, 20 : 36)

Dans le verset 36, Dieu informe Moussa que sa demande a été exaucée et lui rappelle en même temps Ses bienfaits à son égard.
Le rappel des bienfaits d'Allah envers Moussa est assez fréquent dans le Coran. Par exemple, l'épisode avec Al Khadir (dans la sourate n°18 Al Kahf) : cité une seule fois dans le Coran, Allah a voulu que ce bienfait soit mentionné toutes les semaines (car il est recommandé de lire la sourate Al Kahf tous les vendredis) !
Dans ce passage, Dieu rappelle donc quelque uns de Ses bienfaits à Moussa :

  • L'épisode de la barque rappelle l'enfance de Moussa lorsque sa mère l'a mis dans la rivière et il a survécu.
  • L’enfant innocent que tue Al Khadir sans qu’il ne soit pas châtié pour cela rappelle que Dieu a pardonné à Moussa le meurtre du copte innocent !
  • Le mur construit par Al Khadir sans demande de renvoie à l'épisode du puits à Madyan lorsque Moussa aida les deux femmes sans demander de salaire, ce qui amena le père de celles-ci à le marier avec l’une de ses filles...

Mes chers frères et sœurs, ouvrez votre cœur au Coran, et Allah fera le reste. Lorsque nous lisons le Coran, notre lecture nécessite des prédispositions. L'une d'elles est le fait de demander à Allah de nous aider à comprendre Sa parole. Car la lecture du Coran est une sorte de dialogue avec Allah.

Submit to FacebookSubmit to Twitter